• Slide image one
  • Slide image two
  • Slide image three

 

Max Cilla, cathédrale de la Flûte des Mornes.

Tu chantes le rêve d’un monde

que gouvernera la nature à la place des hommes.

Ta musique traverse l’oreille mais au-delà

S’insinue dans le temps immédiat de sa mélodie

qui, même après s’être tue, envahit tout l’espace.

Elle nous agrippe aux douceurs des alizées,

puis à la frénésie de vie que les longs voyages négriers

n’ont jamais pu émousser.

Elle donne son sens à la longue et persévérante joie,

mais aussi au bonheur fugace de l’instant.

Elle traverse et transcende les cultures

participant ainsi

de notre connaissance et nous-mêmes

pour nous rapprocher, sans vanité, de la divine Perfection.

Indéfectiblement attaché à ta propre culture,

venue du cœur profond de l’Afrique,

éparpillée par les vents et marées de l’Histoire.

Tu perces l’abîme du souvenir et non de l’oubli.

Homme d’exception,

ta musique jette un profond regard sur le monde,

c’est l’univers tout entier qui fait vibrer ta flûte

Et qui l’inspire à son tour.

Cette flûte traversière apaise l’âme tourmentée

Et renforce celle déjà tranquille.

Mettre les cris du désespoir, ceux du plaisir et de l’amour

A l’unisson de ton cœur et du son de la flûte,

par cette magie, maintenir l’harmonie entre

la Conscience de Soi et celle de l’autre,

pétrir en finesse la profonde et humaine émotion

afin de participer de notre devenir émotionnel et moral.

TEL EST TON DESTIN, MAX

celui de disséquer la vérité et l’écrire sur des notes de musique,

à toi, l’Homme-génie de la Flûte des Mornes.

Merci d’accompagner chacun, dans la difficile et

solitaire recherche de soi,

unique base, et non accessoire,

De l’impermanence de notre vie et de nous-mêmes.

Peu importe que ta musique soit impudique

dans l’univers douillet mais rétréci

De ceux qui n’ont de cesse que de rattraper l’Histoire,

au seul nom de la prospérité.

Poursuis donc ta route, au son de ta flûte,

Fais vibrer les ronces goulues et les paysages dénudés,

toi le poète de la transcendance musicale.

Tu es l’étoile qui scintille dans le ciel obscurci des Antilles,

Ta musique est un songe

Ta musique est un rêve

Elle est aussi la réalité

La NOTRE,

Celle du BEL AIR.

M de T