• Slide image one
  • Slide image two
  • Slide image three
News/concerts

Prochain concert de MAX CILLA à Paris (14e)
le vendredi 13 octobre à 20h00
dans le cadre de la Semaine du film de la Caraïbe et des Outre-mer

Au programme du Ciné -Concert (durée 2h):

« Conversation à une voix avec Max Cilla » un documentaire (0h26) de Alain Agat et Christian Foret
MAX CILLA « Le Père de la Flûte des Mornes » et son Ensemble

En invité :

Le griot ALI CISSOKO et sa kora
Un moment de partage convivial et intense entre les tambours, la flûte des Mornes, la kora et le chant de l’Afrique profonde.
MAX CILLA : Flûte des Mornes, Flûte d’ébène et Guiro
MICHEL CILLA : Tambou-di-Bass, Guiro
LAURENT SUCCAB : Congas
BORIS REINE ADELAÏDE : Tambou Bèlè
THEODORE INNOCENT : Batterie, Ti-Bwa
ALI CISSOKO : Kora et Chant

A travers ce concert, Max Cilla vous invite à un voyage musical évoquant les divers aspects de la beauté de la nature au cœur des forêts tropicales martiniquaises et les richesses culturelles de l’oralité rurale. Richesses exprimées par les mélodies de la flûte traditionnelle et les rythmes entrainants des tambours et des ti-bwa.

 

Max Cilla, l’enchanteur

Magicien des notes et des mots, Max Cilla ne laisse personne indifférent. Il  émane de ce flûtiste hors norme une sagesse venue des mornes de la Martinique. Dans une recherche d’authenticité et d’éveil de la conscience, cet auteur compositeur interprète a partagé sa musique au delà des frontières.

Écouter la musique de Max Cilla, c’est s’accorder un voyage dans la nature martiniquaise. Crépuscule tropical, La Baie du Robert, La danse des Bambous, ses morceaux font appel à nos sens et nous transmettent « l’âme de la campagne », comme l’explique lui-même le musicien. « A une époque où nous sommes souvent manipulés à des fins commerciales, j’aimerais que ma musique permette à tous ceux qui l’écoutent de retrouver l’authenticité de l’être, de redécouvrir la richesse qui est en eux », commente-t-il. Max Cilla est un homme généreux, qui à chaque concert partage ses paroles sages et sa poésie avec son public. De la Guinée au Massachussets en passant par Paris, il a fait de sa musique un chant universel.

Bien nommé « père de la flûte des mornes », c’est lui qui dans les années 1970 façonne l’instrument en bambou auparavant joué dans les campagnes, crée sa tablature et en fait une flûte reconnue par les musiciens du monde entier. Il accompagne des groupes de jazz, de musique cubaine et africaine, des slameurs, des comédiens et des poètes… « Je suis un homme libre et ouvert à tous les projets artistiques… à la condition qu’ils me fassent vibrer ! ».

Article de Marie Ozier-Lafontaine

https://www.facebook.com/max.cilla

lien vers l’article paru dans Le journal Libération le mardi 5 septembre 2017 http://next.liberation.fr/musique/2017/09/04/max-cilla-l-ame-antillaise-dans-une-flute-de-campagne_1594126

 

Vous pouvez dés à présent acheter vos places directement à la caisse du cinéma
7 PARNASSIENS 98 bd du Montparnasse 75014 Paris

Acheter vos places en ligne